Comment développer la Motricité libre de l’enfant ?

La motricité permet à l’enfant d’évoluer de manière autonome, de développer sa confiance en soi, mais également sa persévérance face aux difficultés. Enfin, la motricité libre conduit l’enfant à se montrer d’une grande prudence face aux dangers.

Comment développer la Motricité libre de l’enfant ?

 

As-tu le sentiment que ton enfant fait trop souvent appel à toi dès qu’il fait face à une difficulté ? Il baisse vite les bras face aux difficultés et il se repose sur toi.

Tu constates qu’il manque d’autonomie et de confiance en soi dans les tâches quotidiennes, et même dans ses activités de jeu et d’éveil. Et tu te demandes si c’est ton comportement avec lui, tes habitudes qui le poussent à se conduire ainsi.

Tu aimerais permettre à ton enfant de développer sa estime en soi et son autonomie. Ce sont des qualités essentielles et il est important de les développer dès le plus jeune âge, dès tout bébé grâce à la Motricité Libre.

Pour cela, il faut connaitre les bons réflexes en tant que parents. Ça ne s’invente pas !

 

Un enfant sans motricité libre manque d’autonomie

Si nous habituons l’enfant à lui apporter une aide inutile dès qu’il fait face à une difficulté, alors il continuera de nous solliciter dans beaucoup de situations sans essayer d’y faire face seul.

Par exemple, si nous le mettons dans une position assise alors qu’il ne sait pas encore s’asseoir, il va trouver cette position intéressante, et fera continuellement appel à nous pour que nous le mettions à nouveau dans cette position.

Il va nous appeler à chaque fois qu’il veut tenter quelque chose de nouveau ou de difficile. Et il gardera cet automatisme même en grandissant. Ce réflexe automatisme sera ancré en lui : il nous appelle et nous répondons en lui apportant la solution, en faisant à sa place. De fait, il n’a jamais besoin de développer des stratégies pour se débrouiller seul.

Ce mécanisme de dépendance à l’adulte va retarder son autonomie, va créer beaucoup de frustrations (car il n’apprend pas à trouver des solutions seul). De plus, l’enfant va sans cesse nous solliciter, ce qui nous demande beaucoup d’énergie et de temps.

Au contraire, la motricité libre permet à l’enfant, dès tout petit, de développer son autonomie et sa confiance en soi. C’est ce dont nous allons dans cet article.

 

C’est quoi la motricité libre ?

La motricité libre consiste à laisser l’enfant la liberté de se mouvoir, de se déplacer et d’évoluer à son rythme. L’enfant va découvrir son corps et explorer ses capacités par lui-même. Ainsi, l’adulte ne place jamais l’enfant dans une position qu’il ne maitrise pas.

La pédiatre hongroise des années 1950 Emmi Pikler a développé ce concept de la « motricité libre » ou « motricité autonome ». Elle a établi que nous n’avons pas à enseigner à l’enfant les différentes postures car il les apprendra naturellement et spontanément, sans l’aide de l’adulte.

L’enfant va procéder par étape pour maitriser son corps. À l’inverse, si nous le forçons, par exemple, à se mettre debout en lui tenant les mains pour l’aider à se tenir droit, nous pouvons entraver son parcours naturel, son développement moteur spontané.

Le rôle de l’adulte est de donner à l’enfant une vraie liberté de mouvements, sans pour autant être dans un laisser-faire total. L’adulte veille toujours à la sécurité de l’enfant qui est sous sa surveillance. Mais il intervient uniquement quand il juge qu’il existe un danger réel.

 

Quels sont les bénéfices de la motricité libre ?

 

L’autonomie, premier bienfait de la motricité libre

Si l’adulte laisse l’enfant agir seul, ce dernier prendra l’habitude de chercher des solutions par lui-même lorsqu’il fera face à une difficulté ou un problème. À l’inverse, si l’adulte intervient pour faire à la place de l’enfant, celui-ci aura toujours pour réflexe de solliciter l’aide de l’adulte.

Un enfant à qui l’on propose une première fois de tenir la main pour descendre les escaliers (parce qu’il ne sait pas encore le faire seul) fera ensuite toujours appel à nous pour descendre les escaliers.

À long-terme, cela peut retarder son autonomie. Laissons-le choisir le moment où il sera prêt à descendre seul les escaliers. Pas d’aide inutile !

 

La confiance en soi, qualité essentielle développée grâce à la motricité libre

L’enfant libre de ses mouvements prend pleinement possession de son corps. Il va oser tenter des expériences par lui-même.

Alors qu’en intervenant ou en faisant systématiquement à la place de l’enfant, le message que nous lui envoyons est le suivant : « Tu n’es pas capable de faire seul, tu as besoin de quelqu’un ».

Cela s’applique au début pour apprendre à marcher, descendre les escaliers, et plus tard, face à chaque nouvel apprentissage (« Non, je ne suis pas capable »).

Rappelons-nous toujours que si nous avons confiance en notre enfant, alors il aura confiance en lui-même.

 

La persévérance de l’enfant favorisée par la motricité libre

L’enfant en motricité libre devient persévérant et débrouillard : il tente, échoue, mais tente à nouveau. L’erreur fait partie intégrante de son processus d’apprentissage.

Laissons-le échouer, même si cela créé de la frustration chez lui. La persévérance est une qualité indéniable qui lui sera utile toute sa vie.

 

La prudence, un autre aspect de la motricité libre !

L’enfant développe une grande prudence car nous lui laissons la possibilité d’appréhender les limites de son corps et de ses capacités.

Ainsi, il ne compte pas sur la prudence de ses parents ; ce qui peut s’avérer très dangereux car en l’absence de l’adulte, l’enfant ne sait pas faire attention. L’enfant en motricité limitée se met plus facilement en danger que celui en motricité libre.

Il faut savoir qu’un enfant recherche toujours la stabilité : un enfant qui se met debout, mais qui ne marche pas encore, ne lâchera jamais ses mains du meuble tant qu’il ne s’y sent pas prêt ! Il ne prendra pas de risque. Alors, encore une fois, faisons-leur confiance !

Depuis sa naissance, mon fils évolue en motricité libérée et encore aujourd’hui. Il mesure souvent bien les dangers. Il parvient à évaluer lui-même le danger et prend des risques qu’il juge à sa portée. 

 

Comment appliquer concrètement la motricité libre ?

Nous avons vu les bienfaits de la motricité libre. Il serait maintenant temps de savoir comment l’appliquer au quotidien avec l’enfant.

J’ai créé un Livret (gratuit) qui énumère tout ce qu’il est essentiel de mettre en place au quotidien avec un enfant pour favoriser sa motricité libre.

Pour obtenir le Livret gratuit, clique sur l’image ci-dessous (renseigne ton prénom et ton email pour recevoir le Livret par email) :

 

Si l’image n’apparait pas, clique sur ce lien : Livret sur la Motricité Libre (PDF)

 

Cyrielle

 

Cet article peut également t’intéresser : Aider un enfant de 2 ans à développer son autonomie

Cyrielle d'Horizons famille

A la naissance de mon fils en 2015, je découvre la pédagogie Montessori et son monde de bienveillance. Déclic ! Je suis convaincue des bienfaits de l'approche Montessori, de l’éducation positive et​ du maternage proximal. Ici, je partage avec toi mon expérience de maman et mes connaissances (diplômée par l'AMI - Association Montessori Internationale).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *