Faire obéir son enfant

Un enfant, ça fait du bruit ! Ça bouge, ça explore, ça vit des expériences et ça décharge des émotions fortes. Et pourtant, tous les parents rêvent d’un enfant sage ou obéissant. Mais c’est presque triste un enfant sage, non ?

 

Un enfant sage, c’est surtout très arrangeant pour les parents. Il ne nous dérange pas trop, qui ne nous pose pas trop de problèmes, ne dérègle pas trop nos petites vies bien organisées.

Mais il faut voir plus loin. Il faut voir à long terme.

 

En effet, quel adulte voudrais-tu que ton enfant devienne ?

Si je te demande quelles qualités et compétences tu aimerais transmettre à ton enfant, tu vas me parler d’autonomie, de persévérance, de confiance en soi, d’ouverture d’esprit ou de curiosité. Et surtout tu vas me dire que tu souhaites qu’il soit bien dans ses baskets !

Mais tu ne me diras sans doute pas que tu veux que ton enfant devienne un adulte sage et obéissant.

 

Dans ce cas, pourquoi nous efforçons-nous toute leur enfance à les faire devenir sage et obéissant ?

Nous faisons en sorte qu’ils se conforment à nos attentes, qu’ils écoutent nos ordres. Qu’il ne fasse surtout pas trop de bruit chez le médecin, qu’il se tienne bien à table chez nos amis.

Or, s’ils nous obéissent toute leur enfance, ils obéiront plus tard à quelqu’un d’autre.

Attention ! Je ne dis pas d’en faire des anarchistes ! 😄 Mais plutôt des adultes capables non pas de se soumettre aux autres et de subir les choses mais des adultes capables de penser par eux-mêmes, de changer les choses, d’améliorer la vie autour d’eux, d’influencer leur environnement pour le rendre meilleur.

Et ce sont des valeurs, des qualités que l’on peut leur inculquer dès la toute petite enfance.

 

Changer radicalement notre vision de l’éducation

Considérer l’éducation sous cet angle-là, c’est décider de ne plus limiter l’éducation au simple besoin d’obéissance de l’enfant. Cette vision nouvelle nous permet de remettre en cause le système d’éducation autoritaire ou traditionnel dans lequel l’adulte fait en sorte que l’enfant fasse tout comme il veut sans broncher.

Non ! Laissons-lui la parole et la liberté d’être qui il est, et pas juste un bon petit soldat.

Cela nécessite de prendre de la hauteur sur notre manière d’être avec lui chaque jour.

Efforçons-nous au quotidien de chercher leur coopération, plutôt que leur obéissance.

 

=> Si ton enfant a aussi autour de 2-3 ans et que tu aimerais des conseils pour gérer ses « crises », j’ai préparé des vidéos qui peuvent t’aider !

>> CLIQUE ICI POUR RECEVOIR LES VIDÉOS PAR EMAIL <<

Gérer les crises d'un jeune enfant

 

Cyrielle

>> Si tu as aimé cet article, tu aimeras aussi les vidéos que je publie toutes les semaines sur la chaine YouTube Horizons famille. Près de 200 vidéos ! Tu y trouveras des réponses sur la parentalité positive & bienveillante, la pédagogie Montessori et le maternage proximal.

Cyrielle d'Horizons famille

A la naissance de mon fils en 2015, je découvre la pédagogie Montessori et son monde de bienveillance. Déclic ! Je suis convaincue des bienfaits de l'approche Montessori, de l’éducation positive et​ du maternage proximal. Ici, je partage avec toi mon expérience de maman et mes connaissances (diplômée par l'AMI - Association Montessori Internationale).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 19 mai 2018

    […] que les matins soient fluides, nous allons chercher à obtenir la coopération de notre enfant, plutôt que son obéissance. Pour cela, nous devons penser long-terme : la coopération sera plus efficace à long-terme que […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *